lundi 15 août 2016

lundi 15 février 2016

IRVIN-13


IRVIN - 13 est le premier dessin de cette année 2016, même si il n'est pas vraiment de ce cru.
 En effet, c'est un vieux dessin de 2009 / 2010 scanné en 300 dpi puis retouché à la tablette numérique.

lundi 5 octobre 2015

CONFIDENCE...

Il est grisant de s'apercevoir qu'à quarante ans passés, on peut encore se surprendre.
Se surprendre de dessiner SORCEREAL et surtout que l'idée de ce projet puisse m'avoir
traversé l'esprit, moi qui ai été nourri au sein de la SF dès mon plus jeune age, avec
STAR WARS et surtout, BLADE RUNNER (que j'ai vu à sa sortie en compagnie de
 mon père alors que je n'avais que dix ans et où, à la fin de la séance, il faisait nuit et
je m'attendais à ce qu' un "Spinner" déboule au-dessus de nos têtes !), puis OUTLAND,
ALIEN,MAD MAX, etc...

Je me surprends aujourd'hui, à avoir un autre niveau de pensée, celui qui me permet de
créer l'univers de SORCEREAL et pour l'illustrer entre autre, de dessiner ce magnifique
Harfang des neiges (qui a pour sa sauvegarde, de ne pas s'attaquer aux moutons et/ou aux surfeurs).
Surpris de retrouver la jouissance du dessin, en essayant de représenter par des images, la magie de
 la vie et des légendes, d'explorer l'histoire des mythes et du savoir, mais également,
de la persécution de leurs détentrices.






dimanche 5 juillet 2015

ZDZISLAW BEKSINSKI





OUI ! ...Oui, oui ... Ce n'est certes pas une nouveauté, (une fois n'est pas coutume) mais ça l'est pour moi et donc, cela est suffisant pour apparaître ici. (et puis du coup, ça peut l'être pour d'autres aussi !)
Il faut bien avouer une chose, c'est que le travail de Mr Beksinski ne laisse pas de marbre.
Pour moi, C'EST UNE CLAQUE !!!
Son travail est d'une telle justesse, d'une telle intensité, sans impression de surenchère, pas de fioriture obscène ou macabre pour impressionner ou choquer, juste un sentiment de sincérité émotionnel, qu'il me semble comme une obligation, que dis-je, un devoir de vous en parler aujourd'hui !
Avec cette curieuse image en tête : Celle d'un morceau de viande cru que l'on jette à un animal pour qu'il s'en repaisse simplement, comparé à cette même pièce de viande qui sortirait des cuisines d'un de ces nombreux temples, de la haute gastronomie !... (étrange)
Etrange également, ces rapprochements qui me traversent l'esprit avec l'imagerie de Métal Hurlant et de l'univers graphique de certains de ses plus imminents piliers.
Surtout quand on sait que ce génie, à commencé à peindre (du figuratif) au début des années 60 et qu'il s'est attaqué au début des années 70, à une peinture plus personnelle, avec un succès immédiat (bah tu m'étonnes), drôle de coïncidence tout de même, non ?!
Bon, enfin !
Je ne peux, que vous inviter à explorer le net, les libraires ou autres musées/collectionneurs, en quête de la fantastique symphonie picturale du Maître, Zdzislaw Beksinski.

Liens pour découvrir son univers :

http://bestqualitybeksinski.tumblr.com/

http://art.vniz.net/en/beksinski/

https://fr.pinterest.com/oceanomar/zdzislaw-beksinski/
(celui-ci, en plus des peintures, vous fait découvrir son travail photographique.)




jeudi 1 janvier 2015

CUBEWALKER



Il est tout frais de ce matin et c'est également, le premier de l'année !
Bonne, heureuse et douce année à tous !!!




AH ! Et pour répondre aux très nombreuses questions (qui ont fait sauter le standard)
sur l'origine de cet improbable véhicule, sachez que je me suis directement inspiré
d'une création "MINECRAFT" d'Ismérie Demaël, ma fille adorée.
Vous trouverez ci-joint, une photo de ses "boites à pattes" comme elle les a nommé :



vendredi 15 août 2014

FAREL DALRYMPLE - The WRENCHIES



Hoyé ! Hoyé !
Le nouveau Farel Dalrymple est sortie !!!
...Mais en English uniquement   :  (
M'en fou, je l'ai commandé sur Ebay, dans l'espoir qu'une maison d'édition du coin daigne le diffuser
de par nos belles contrées un de ces jours, car je capte pas un mot d'Anglais.
(Pas fier le gars, d’ailleurs, si un Anglophone se propose de me faire la traduction, je suis preneur ! )
Je ne pouvais plus attendre, il fallait que je me noie dans l'univers pictural si caractéristique de Farel, que je me laisse porter par son trait vif et faussement naïf, HAAAARGLE ! Voilà du trait neuf qui en a dans le calbut mon garçon !!!





Fêtons comme il se doit, la sortie de The WRENCHIES et priez tous avec moi, pour qu'une maison d'édition le sorte en VF, merci.

PS : Oui Mathias, le second sur la photo t'est destiné.





TITANFALL - couleur en cours (par MATHIAS)




mardi 12 août 2014

UNDER THE SKIN


















WAHOOOU !!!
... Par où commencer ?

Il est loin ce moment où, à la chaleur d'un feu de bois, bien au chaud, à l'intérieure d'une vieille maison perdue au milieu de la campagne à la nuit tombante, nous écoutions souffler le vent et clapoter la pluie sur les graviers détrempés au dehors, en nous imaginant la présence du loup, ou tout autres dangers, s’immisçant peut être, dans l'enceinte de la propriété.

Il est loin ce temps où l'on se rassurait de la présence de cet adulte, maître des lieux, représentant de la sagesse et de la bienveillance que l'on peut attendre d'un parent, grand parent, voir, d'un
arrière grand père, étant sur le point de nous conter une histoire qui nous sortirait de ce monde trop évident et à la fois si complexe pour le quotidien de l'enfant que nous étions alors.


Il est loin le temps de ces histoires qui nous extirpaient de ce monde matériel en dur et pourtant si flou sur les bords, vers celui de notre imaginaire fulgurant, insondable, et pourtant, tout aussi réel que l'autre.
C'est pourtant ce moment là, cette déconnexion ou reconnexion, que vous propose de retrouver  Jonathan Glazer au travers de ce déambulatoire narratif qu'est UNDER THE SKIN.

C'est cet instant perdu, ou votre esprit permute entre le réel et l'imaginaire.

Un va et vient incessant entre notre société matériel et celle de son reflet, celui de l'humain et de son intégrité.

Il y a aussi le corps, comme simple enveloppe, objet de convoitise ou de marchandise...

Quoi de plus normal dans cette réalité d'adultes matérialiste ?

Il est loin le temps, ou chaques histoires, chaques contes avaient son propre rythme, son propre tempo.
Loin des canons d'aujourd'hui ou tous les genres : cinématographique, vidéo-ludique, littérature, bd, etc... Se doivent de donner ce qu'est en droit d'attendre son consommateur, du sensationnel, entendez par là, du quotidien servit différemment.

Under the skin est une errance, celle d'un observateur qui prend le temps de contempler le genre humain au plus profond de ce qu'il est, de ce que nous sommes, vraiment ?


lundi 28 juillet 2014

Shaun Tan, The Rules of Summer :



Très belle image du très talentueux dessinateur Shaun Tan.
































(Vous noterez au passage, une étonnante ressemblance avec mes "Manges-Terre" (qui étaient eux, inspirés par les véhicules de Vincent Hardy, qui ont profondément marqué mon imaginaire). Pour vous en convaincre, je vous invite à regarder le post de : SALMACIS.